Toujours plus de problèmes pour Jordez

Autocar Jordez continue d’avoir des problèmes. Outre d’être sous haute surveillance de la part de la Commission des Transports du Québec (CTQ) en raison des nombreuses plaintes reçues (incluant la SAAQ et les gestionnaires des terminus de Trois-Rivières et de Ste-Foy), ses autobus continuent de tomber en panne. Le dernier sur la liste est le Prevost H3-45 15861 qui a dû être abandonné par ses usagers et reçu la visite d’un mécanicien aujourd’hui à Victoriaville.

Après le désistement de Limocar d’opérer ses lignes interurbaines Sherbrooke – Drummondville / Victoriaville – Québec et Sherbrooke – Drummondville – Trois-Rivières, les permis de ces lignes ont été vendus à Autocar ADS en même temps que les droits de transport nolisé en Estrie que Limocar detenait et que Autocars ADS convoitait.

Pour sa part, Limocar avait acquis ces lignes du groupe Auger qui les avaient opérer sous divers noms de compagnie et qui les avaient laissés détériorer. Limocar avait investi énormément pour améliorer le service en achetant une flotte de Prevost H3-45 2003 neufs, trouver de nouvelles agences le long des parcours, puis renover l’ancienne gare Union de Sherbrooke quand ils se sont trouvés à la rue après que le propriétaire de l’ancien terminus démolisse la bâtisse.

Manquant nettement d’expérience en la matière, Autocar ADS s’est retrouvé à laisser le service se détériorer au cours de ses nombreux retards, pannes d’autobus et certains chauffeurs ayant des difficultés majeures de service à la clientèle. La compagnie a fait faillite avant de reprendre ses activités sous le nom d’Autocar Jordez sous la gouverne de Richard Désilets d’Auberge Memphré. Au début de 2007, elle opérait 32 autobus, mais elle a réduit ce nombre à 11 en 2008 et visait en éliminer 4 autres durant l’année.

Confirmant une rumeur entendu dans le milieu, la compagnie a d’ailleurs voulu prendre possession du permis de Véolia Transport (Groupe Connex) pour la ligne Montréal – Cowansville – Newport et un autobus supplémentaire. La demande a toutefois été refusé par la Commission des Transports du Québec en expliquant que l’entreprise doit continuer de se redresser avant de diversifier ses ressources. La CTQ a toutefois acceptée de transférer son permis de transport nolisé sur l’île de Montréal et trois véhicules à Autobus Ménard de la MRC du Haut-Richelieu. Même chose avec les permis de transport nolisé qu’Autobus ADS avait tant convoité, ils ont été vendus à Bell-Horizon de Trois-Rivières et en partie au Groupe Hélie de Bécancour en même temps qu’un Prevost H3-45 (lui-même aussi acquis de Limocar en même temps que les permis).

La fiabilité de ADS / Jordez à effectuer ses parcours a souvent été mis en cause par ses nouveaux retards et ses départs annulés sans aucun avertissement suite à des pannes. La compagnie n’a pas d’autobus de réserve à Québec et Trois-Rivières, puis ne loue pas d’autobus aux compagnies locales en cas de besoin. Les seules fois qu’elle a loué des autobus a été lorsqu’elle a manqué de véhicules disponibles et en état de marche à son garage de Sherbrooke et lorsque certains véhicules ont subi une cure de jeunesse chez Autobus Préférence.

Et une panne de plus pour Jordez!
Le 15861 était en panne à Victoriaville aujourd’hui.

Le retour des autocars électoraux… mais sans l’éco-neutralité?

Après les élections fédérales canadiennes et américaines, c’est au tour du Québec d’aller en élections, malgré un vent de cynisme et d’impopularité face à ce choix.

Comme les années antérieures, le Parti Québécois est de retour avec le véhicule 3894 d’Autobus Fleur de Lys avec qui il partage en alternance avec son homologue fédéral, le Bloc Québécois. Mêmes constations concernant les deux autobus assignées aux journalistes suivant la tournée de la chef Pauline Marois.

Du côté du PLQ et de l’ADQ, les deux partis ont décidés de revenir avec Orléans Express. Les Prevost X3-45 2009 numéros 5905 et 5906 leur sont actuellement assignés. Par ailleurs, un anectode veut que l’autobus des médias de la presse écrite couvrant le chef du PLQ soit celui qui suivait aux dernières élections, puisqu’il s’agit du même 5707 que Jean Charest utilisait. L’autre autobus de la tournée du PLQ, celui de la presse électronique, est le 5756 d’Orléans Express.

Ce qui frappe particulièrement, lors de cette campagne est le manque de la mention « éco-neutre » (en jaune et à gauche de la porte sur la photo en lien) sur ces véhicules. L’éco-neutralité est le concept de compensation de la production de gaz à effet de serre par la plantation d’arbres absorbant la quantité produite par les gaz d’échappement de l’autocar. Est-ce un oubli involontaire ou l’abandon du concept pour s’occuper d’autres stratégies?

Le seul parti principal à ne pas avoir d’autobus de campagne est Québec Solidaire qui utilise plutôt un petit véhicule motorisé.

Un nouvel autobus pour le Drakkar de Baie-Comeau

Toujours dans le monde des autocars, la vente de la division Côte-Nord de GVI Connex à Intercar il y a quelques mois a des conséquences sur papier, mais aussi visibles. Le club de hockey junior le Drakkar de Baie-Comeau se promene maintenant dans un nouveau véhicule arborant une nouvelle identité visuelle. En effet, le Drakkar utilise maintenant le Prevost H3-45 2007 numéro 0761 d’Intercar.
Mise à jour 13 décembre 2008: Leur ancien véhicule, le 39501, porte toujours leurs couleurs, même après avoir été remplacé.

Intercar 0761 - Le Drakkar de Baie-Comeau

Mise à jour 14 Nov. 2008: Ajout de la photo de l’autobus de l’ADQ à celles des deux autres partis et celles du TVA Express ci-dessous.

Le TVA Express, l'autobus de Jean LapierreLe TVA Express, l'autobus de Jean Lapierre